Downton Abbey s01e07

Downton Abbey s01e07

Lors des Golden Globes, la nuit dernière, Downton Abbey a été récompensée en tant que meilleure mini-série (la chaîne PBS qui la diffuse aux EU a mixé les 7 épisodes en 4 parties de 90 minutes environ…). Une seconde saison a été diffusée en Angleterre (sur ITV) la rentrée passée ainsi qu’un épisode spécial à Noël.
Lorsque je présentais la série sur ce blog, je me doutais déjà que nous aurions envie de continuer régulièrement et cette prédiction s’est avérée exacte ! Même avec un peu de recul, je reste perplexe quand à notre goût pour une série qui traite de la noblesse anglaise des années 1910… essayons tout de même de comprendre pourquoi !

Alors oui, Downton est une série d’époque. Mais elle rejoint une tendance actuelle plus spécifique et qui consiste à se situer historiquement, rythmant les événements de fiction dans un contexte de réalité du passé (ça semble évident quand je l’écris mais ce n’est pas systématique).
Je ne me suis pas toujours intéressé aux séries de ce genre, donc je ne peux pas vous dire s’il y a une origine à ce procédé. Dans ma culture personnelle, il me vient l’exemple Mad Men (encore elle, et oui !), bien que les événements externes y aient une importance relative, ou plus récemment The Hour.
Pour DA, l’intrigue de cette première saison débute par un événement historique (le naufrage du Titanic) et se termine par un autre (l’entrée en guerre contre l’Allemagne). Cet ancrage très fort va sublimer une situation de départ proche du Soap opera très classique et renforcer un soucis du détail omniprésent, la série abordant le social (le droit de vote des femmes), la science (la médecine au dispensaire) ou encore le progrès technologique (l’arrivée du téléphone).

Downton Abbey s01e07

Si on extrait les actrices ou les acteurs individuellement, peu sortent du lot. J’avoue avoir jubilé au phrasé d’Elisabeth McGovern ou aux répliques cinglantes de Maggie Smith (vue dans Harry Potter) mais le tour de force s’opère parce qu’ils constituent un ensemble parfait. Ce n’est pas tous les jours que le sériephile se voit proposer un casting de vingt personnes sans compter les récurrents, formant un assemblage de gueules d’anglais (pardonnez moi l’expression mais elle convient bien) hauts en couleur comme Jim Carter dans le rôle de Carson (voir photo ci-dessus)  !
Dans un décor splendide (Highclere Castle), avec une multitude d’objets (qu’on aperçoit dès le générique), on découvre des échanges entre acteurs qui évoquent le théâtre, notamment par les voix fortes et amplifiées par la profondeur des salles du château.
Entre les servants, les nobles, et les nombreux personnages extérieurs, on est très vite submergé dans un flot qui déconcerte au début pour très vite laisser place à la
fascination ! Le ballet des intervenants ou chacun a sa tâche a effectuer m’a beaucoup impressionné.

J’aurais tout de même deux petites critiques à émettre. La gestion du temps est irrégulière au fil des épisodes. On passe par exemple de 1913 à 1914 entre les épisodes 5 et 6 (et sans que cela soit directement indiqué au téléspectateur). Vous me direz que c’est de l’ordre du détail mais comme la série est très proche du déroulé historique, ça peut être source de confusion.
Et deuxièmement, l’épisode final contient presque trop de scènes. On ressent très nettement la compression qui a été effectuée pour tout conclure dans cet épisode.
Enfin bon, tout ceci ne va pas très loin et je peux vous assurer que la saison deux nous tend les bras !!

Visuels : Downton Abbey / ITV 

2 réflexions sur “Downton Abbey s01e07

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s