Banshee s01e02 « the rave »

Sur Cinemax depuis le 11 janvier (10 épisodes prévus)
Banshee s01e01

Banshee est diffusée depuis maintenant deux semaines sur Cinemax. Si vous suivez ce blog, vous aviez sans doute vu ma petite preview qui lui était consacrée.
La chaîne Cinemax (contrôlée par la prestigieuse HBO) n’a jamais réussi à retenir mon attention jusqu’ici. Hunted, sa dernière tentative qu’elle coproduisait avec la BBC, ne m’avait pas convaincu sur un registre de l’espionnage pourtant très en vogue avec Homeland (la BBC a d’ailleurs annoncé qu’elle ne miserait pas sur une deuxième saison).
On retrouve aussi à la production, un certain Alan Ball ! Oui, oui, ce cher monsieur déjà responsable du scénario pour le film American Beauty et surtout à l’origine des séries Six Feet Under et True Blood (cette dernière reviendra l’été prochain mais il y sera moins impliqué).

On découvre un type tout juste sortit de prison, usurper l’identité d’un shérif qui devait justement s’installer dans un petit patelin de Pennsylvanie qui répond au doux nom de Banshee (ça tombe bien…). l’opportuniste semble plein de ressources mais il semble aussi attirer les ennuis…
Le parcours d’un représentant des forces de l’ordre au passé compliqué dans une cambrousse infesté d’énergumènes peu accommodants n’est pas sans rappeler Justified. La comparaison peu sembler flatteuse (j’adore la série du deputy marshall Givens que j’ai depuis trop longtemps délaissée) et pourtant, les deux structure sont proches. Justified, supervisée par Elmore Leonard, est très imprégnée de son univers du polar noir alors que Banshee semble plus lorgner vers l’action et rappelle plutôt le genre du comics US.

Les aventures du vrai-faux shérif Hood sont plutôt bien tournées. Il y a cette scène de poursuite un peu tirée par les cheveux dans le pilote mais, dans l’ensemble, c’est bien soigné. La mise en scène tire fortement vers les tons bleus/verts et abuse légèrement d’un montage syncopé qui enchaîne des plans pourtant successifs en accentuant leurs ruptures. le résultat obtenu est tendu voir nerveux, servant en cela comme il faut le propos des auteurs.

Quand au casting il est tout à fait dans le ton. Il n’y a pas de grandes vedettes à afficher au générique mais tout le monde semble se fondre dans le moule. On attendra donc quelques épisodes pour pouvoir être plus spécifique à leur encontre.

Banshee (Cinemax) season 1 posterN’en déplaise aux déçus d’Alan Ball (un certains nombre de sériephiles aiment tomber à bras raccourcis sur son travail car ils ne supportent plus (ou pas) True  Blood), j’ai abordé Banshee sans préjugés et j’y trouve de bonnes choses. Avec un héros plutôt bourrin, il faut pouvoir apprécier la série pour ce qu’elle est, à savoir un bon défouloir de genre qui, si le récit est suffisamment maîtrisé sur la durée, pourrait devenir un titre qui vaut le détour !

Visuels : Banshee / Cinemax

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s