Black Mirror - Rafe Spall as Joe Potter

Black Mirror “White Christmas”

(Channel 4) un épisode spécial de noël ;
Diffusé Sur France 4 à 23h le 17 septembre 2015.
la série compte aussi deux saisons de 3 épisodes chacune
Black Mirror Christmas Special

En cette période de dernière ligne droite avant les fêtes, les gadgets connectés sont de toutes les listes de recommandations. Il semblerait que le bracelet traquant notre activité physique, le pot de fleur relié au wifi et la friteuse que l’on déclenche grâce à son smartphone soient absolument indispensables à notre bien être !
L’internet des objets est justement au centre de cet épisode de Black Mirror. Vers quelle logique nous conduisent-ils et surtout, qu’allons nous en faire ? Malgré un intitulé de “Noël Blanc”, Charlie Brooker propose une tentative de réponse avec sa sensibilité sombre et caustique habituelle.

Pour rappel, Black Mirror est une anthologie ; chaque épisode constitue un récit à part entière. Il n’est donc pas nécessaire d’avoir vu les épisodes précédents pour découvrir celui-ci !
J’évite, dans ce qui suit, toute révélation sensible inutile mais si vous souhaitez éviter tout à priori, je vous recommande d’avoir vu l’épisode avant cette lecture.

Un récit en trois actes. Tout commence avec deux hommes enfermés dans une petite cabane, assaillie, semble-t-il par une tempête de neige à l’extérieur. Matt et Joe y sont isolés et, en ce jour chômé, quoi de plus naturel que de faire connaissance alors qu’on ne s’était presque pas adressé la parole jusqu’ici.
Matt, de loin le plus volubile, est le premier à se livrer, espérant ainsi dérider son compagnon mutique. Il explique alors avoir été une sorte de conseiller en rencontres. On découvre alors que grâce à un « ajout » au niveau de la vison appelé « Z-eyes », il est en mesure de guider une autre personne en société, afin que celle-ci puisse survivre grâce à ses directives fournies en temps réel !
Mais Joe n’est pas plus impressionné que cela. Par conséquent, Matt lui explique en quoi consistait son métier. Un autre dispositif appelé « Cookie » permettant de recevoir une copie complète de l’esprit nous est introduit. Le rôle de Matt était de façonner cette réplique pour qu’elle devienne un outil fiable afin d’exercer des tâches subalternes avec la sensibilité de la personne dont elle est issue.
L’empathie de Matt finit par porter ses fruits et Joe se décide enfin à raconter son histoire, celle d’un homme éperdument amoureux qui va connaître bien trop rapidement la séparation sans parvenir à s’en remettre…


Dystopie.
Il est souvent question des réseaux dans Black Mirror. Ce volet qui débute dans un cadre contemporrain en apparence prend très vite des accents futuristes avec des usages qui évoquent les technologies actuelles (Google Glass, Occulus Rift, domotique) représentées ici à un stade bien plus évoluées.
Pourtant, l’objectif n’est pas tant d’évoquer leurs possibilités que de s’intéresser plutôt à nos comportements dans le changement de paradigme qu’elles impliquent. Et comme Charlie Brooker – créateur de la série, faut-il le rappeler – affectionne les récits déstabilisants, on touche là aux fondement de la dystopie.
L’exercice impose en l’occurrence une grande proximité avec notre époque et une plausibilité maximale pour permettre de concentrer l’attention sur les éléments déviants. C’est justement ce qu’on peut reprocher aux deuxième acte avec le “Cookie”. le concept d’une conscience enfermée et dressée pour effectuer des tâches répétitives semble peu crédible et pose de nombreux problèmes quand à son application.

L’isolement. Dans une petite vidéo réalisée pour Channel 4, Brooker explique toutefois qu’il ne souhaite pas diaboliser la technologie. Black Mirror, comme son titre l’indique, doit servir à refléter nos inquiétudes et ce “White Christmas” participe pleinement à cette ambition.
Chacun des trois actes dépeint la solitude de ces personnages avec une acuité cruelle. Dès les premiers instants, l’isolement du duo est latent. Le premier aparté évoque un homme qui cherche à briser sa solitude en faisant appel à un conseil collectif pour le guider vers la rencontre d’une femme. Le second récit dans le récit se place suivant le point de vue d’une conscience isolée dans un réceptacle qu’elle n’a d’autre choix que d’accepter. Enfin la conclusion fait la part belle à cette fonctionnalité qui permet de bloquer la perception d’autrui pour conduire irrémédiablement… à l’isolement !
Ce constat tragique et pessimiste l’est d’autant plus qu’il ne repose finalement pas sur des ressorts technologiques mais bien sur des comportement qui sont ceux que nous éprouvons dans notre réalité de tous les jours. Comment, par exemple, ne pas penser lorsqu’il est question du blocage à de l’action similaire que l’on exerce sur les réseaux sociaux.

Des étoiles hors du sapin ! Comme on pouvait le présupposer, cet épisode dit de Noël est loin d’être festif. Le cadre de Noël n’est qu’un point de départ pour un récit noir comme seule Black Mirror nous en procure, même si je n’oublie pas la comédie Inside n°9. On peut justement regretter l’absence d’une pincée d’humour grinçant et très anglais qui parsème habituellement la série.
Par contre, la distribution est absolument parfaite. Tout comme dans Dates, Oona Chaplin (Greta) excelle en jeune femme aussi belle que condescendante dans le deuxième acte. Jon Hamm (Matt) étale toute sa classe sous les traits d’un personnages rempli d’esbroufe. Enfin, Rafe Spall (Joe) livre une performance complète entre naïveté et folie.

Bref, ce septième chapitre vient rappeler avec force combien Black Mirror est une série à mettre devant tous les yeux (en âge de la voir bien sûr) !

Retrouvez ce billet dans la sélection hebdomadaire Séries Mania

Visuels & Vidéo : Black Mirror / Channel 4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s