Magic City s01e08

Time and tide
magiccity108

Cette première saison de Magic City n’aura finalement que peu fait évoluer mon avis du pilote au final ! Je parle de première car, je vous le rappelle, Starz avait commandé une seconde saison avant d’avoir débuté la diffusion des aventures d’Ike Evans et compagnie…

La série est accompagnée d’une belle bande son, reprenant plusieurs standards (souvent dans le blues) pour illustrer les fins d’épisode. Ce huitième nous propose un classique de Bo Diddley que  je vous suggère d’écouter :



Pour qualifier ce huitième épisode, j’ai presque envie de parler d’exception qui confirme la règle ! En effet, alors que les événements tragiques s’y succèdent (enfin !), la machine s’emballe un peu et cette si belle cylindrée qu’est Magic City semble (enfin ! x2) rugir comme il se doit.
A la fin de cet épisode, j’en viens à souhaiter une seconde saison pour les mauvaises raisons, à savoir faire mieux dans le scénario, alors qu’il aurait fallu que l’attente soit générée par une plus grande consistance de ces intrigues justement.

Un exemple me vient facilement en tête : il s’agit des deux fils ! L’un semble être le gendre idéal (quoique pas pour Vic’ semble-t’il), très impliqué dans ces études, se dirigeant vers une carrière au service de la loi. L’autre fait le barman, enchaîne les conquêtes et n’hésite pas à faire dans les basses oeuvres.
Cette opposition de la filiation, sans être très originale, est manifestement intéressante et prometteuse mais ne délivre au final que bien peu d’intensité dramatique. Si Danny s’en sort encore pas trop mal dans le rôle du jeune à belle gueule perdu entre deux feux (et là encore on en aurait aimé un peu plus…), Stevie passe lui, complètement au travers ! A première vue, on serait tenté d’accuser l’acteur, Steven Strait, mais en y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’il manque juste un supplément de profondeur à son personnage.

La frustration est d’autant plus forte que la reconstitution est magnifique. Tout au long de la saison, on navigue dans le Miami Beach d’époque et les décors qui se présentent à nous sont, tous sans exceptions, de l’ordre du travail d’orfèvre !
J’aime à croire aussi que tout n’est pas mauvais dans les intrigues. Je n’ai pas suivi assidûment la « ville magique » uniquement pour ces lumières, mais sûrement aussi parce que les ingrédients de départ sont réunis. La famille Evans, dans son ensemble, est intéressante, le boucher interprété par Danny Huston est lui aussi potentiellement plus croustillant que ce qu’il n’est pour l’instant. Même le procureur général Jack Klein (Matt Ross) pourrait percer, bien qu’on aimerait tant qu’il soit au moins aussi consistant que l’excellent Michael Shannon dans Boardwalk Empire.

Voilà, espérons que le créateur de la série, Mitch Glazer (aussi producteur exé.) qui a écrit toute la saison se mette aux vitamines, ou alors délègue un peu, pour qu’on puisse dire de Magic City qu’elle est à la hauteur de son sujet !

VIsuel : Magic CIty / Starz
Musique : Bo Diddley « i’m a man » 

Une réflexion sur “Magic City s01e08

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s