Game Change

Game Change

Alors que les américains sont appelés aux urnes, j’improvise un regroupement politique US puisqu’après Political Animals hier, je vous parle aujourd’hui de Game Change !
L’année dernière HBO s’était vue décerné cinq Emmys pour sa mini-série Mildred Pierce (voir mes posts) et se permet cette année d’obtenir le même nombre de récompenses pour un format plus court (un film d’environ deux heures). Certains parmi vous me diront qu’hormis sa diffusion sur le petit écran, cette adaptation a tout d’un long métrage. Certes mais la force du sujet et son traitement dans un style documentaire n’aurait pas empêché de la voir étalée sur plusieurs épisodes.

Game Change, c’est d’abord un bouquin homonyme signé par deux journalistes et qui décrivait la campagne de 2008 en s’appuyant sur de nombreux entretiens. Alors que le livre s’intéressait aux deux camps, l’adaptation dont il est question ici ne s’intéresse qu’au clan Républicain avec son candidat John McCain et surtout sa vice présidente Sarah Palin.
Le récit ne se contente pas de revenir sur les événements mais replace toutes les décisions prises au regard des conseillers en stratégies, les fameux Spin Doctors (rejoignant d’ailleurs le point de vue des Hommes de l’ombre).

J’avoue avoir un certain goût pour les actualités internationales et j’ai bien évidemment suivi avec attention cette élection (tout comme l’actuelle d’ailleurs) mais je reste stupéfait par la facilité avec laquelle je suis entré dans ce film ! Il faut y voir une simplicité que l’on retrouve dans les réalisation de Michael Moore. Game Change se permet d’insérer des extraits réels dans sa reconstitution mais il s’agit uniquement de plans de foules ou de publics la plupart du temps. Nous sommes loin du docu pur et dur et pourtant, la mise en scène emploie souvent la même proximité de caméra.
Et puis il y a ce regard amusé avec, il faut l’admettre, un certain parti pris ! On remarquera  à ce sujet que c’est Jay Roach (Austin Powers, Borat) qui est chargé de la mise en scène.

Mais toute la difficulté était de placer à l’écran des acteurs avec la capacité de s’approprier ces personnages publiques si présent dans l’imaginaire collectif. C’est LA grande réussite de Game Change avec trois splendides acteurs que sont Julianne Moore,  Ed Harris et Woody Harrelson. Leur performance est éclatante avec une mention spéciale pour Moore qui fait plus vraie que la véritable Sarah Palin (absolument bluffant…).
Mais le casting ne s’arrête pas à ces trois là et l’on retrouve avec plaisir Peter McNicol (Ally McBeal) par exemple.

Que l’on soit très calé sur le sujet ou que l’on ignore tout de cette campagne présidentielle, l’enchaînement des événements qui vont conduire McCain, distancé par le stellaire Obama, à choisir une obscure gouverneur de l’Alaska comme candidate à la vice-présidence pour tenter d’inverser la tendance (d’où le titre !), sont ici tout à fait fascinants ! Les stratèges, le rôle de la presse, les grosses lacunes géographiques des candidats, l’importance des fonds de soutien, l’adaptation des politiques aux différentes couches sociales du pays sur le terrain… nombreux sont les sujets abordés et toujours dans une très grande simplicité.

Game Change (HBO) posterEn choisissant Paul Ryan pour l’accompagner dans cette campagne, on sent bien que Romney a lui aussi fait le choix de s’associer avec un parcours bien différent du sien mais l’échec retentissant qu’était Sarah Palin devait être dans toute les têtes de son staff lors du choix…

Visuels : Game Change / HBO

Une réflexion sur “Game Change

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s