[Rétro 2012] Awake s01e01

(NBC) 13 épisodes – série annulée –
awake title

Pour terminer cette rétrospective 2012 (voir ma petite introduction si vous ne l’avez pas encore lue), voici un post un peu différent afin de rendre hommage à une série qui n’a pas trouvé son public, bien qu’elle soit tout à fait singulière. Les treize épisodes d’Awake qui furent diffusés sont d’intensité assez irrégulière mais le pilote, sans être forcément le plus passionnant (le sixième avec les pingouins aura peut être été le climax), est admirable à tout point de vue !
Affirmer que c’est l’épisode le plus abouti de l’année est, je vous l’accorde, un choix très personnel (d’autant que je n’ai pas vu tout ce qui a été fait dans l’année, loin de là…) mais parce qu’il y a une idée forte et originale au départ (signée Kyle Killen), un casting convaincant (mené par un excellent Jason Isaacs) et surtout, une mise en scène magnifique signée de l’anglais David Slade, ce pilote sort du lot pour rejoindre ces épisodes marquant qui reste dans un coin de tête du sériephile…

J’avais bien sur écrit un post au sujet de cet épisode à l’époque et il n’est pas question ici d’écrire la même chose. C’est pourquoi je vous propose un commentaire de scènes intéressantes dans leur ordre chronologique. Il va de soi que si vous n’avez pas vu ce pilote et que vous caressez l’idée de le découvrir plus tard, il serait bon d’attendre avant de lire les lignes qui vont suivre.

awake s01e01

Tout commence par une sortie de route, une voiture retournée et très vite c’est l’inspecteur Michael Britten qui nous décrit son quotidien alors qu’il est face à son psy. Cette entrée en matière est parfaite ! Nous ne savons pas encore ce qui rend Britten si particulier mais déjà, son univers se déploie et l’intrigue policière est mise en place. Cette séquence qui s’étend jusqu’au court générique et qui dure environ 8 minutes va introduire ses deux vies avec une belle symétrie (les deux enterrements, les deux scènes à la maison, les deux enquêtes et bien sûr, les deux psys).
En revoyant ce passage, je mesure combien tout cela m’est encore très familier. Et puis il y a ces images si précises (les plans rapprochés sur les visages des psychologues) avec un montage finement ciselé et malgré tout si fluide.
Slade frappe fort d’entrée et en particulier avec cette scène de rue nocturne sous la pluie assez phénoménale (voir photo ci-dessus) ! On croirait que chaque goutte d’eau qui tombe est éclairée dans une composition d’ensemble surréel…

awake s01e01

On rentre ensuite dans le vif du sujet policier. Les deux enquêtes s’approfondissent et le spectateur est guidé pour ne pas confondre les deux univers. Un ingénieux système de tons de couleurs opposées permet de faire la distinction (voir l’image ci-dessus). Le procédé n’est pas nouveau et l’on peut par exemple citer Cold Case qui l’utilisait pour séparer les époques.
Le domaine policier restera généralement en retrait dans la série. Le propos se concentrant plus sur la dualité de Britten en jouant sur les relations ou l’absence de relations entre les deux mondes. Il faut peut être y voir une première explication à l’insuccès d’Awake. Peut être aurait-il été plus populaire de miser plus directement sur le ressort criminel.

awake s01e01

Tout en restant symétrique, notre héros prends le temps de se consacrer à son fils (puis à sa femme) dans un intermède à mi-épisode. Les deux scènes ont pour point commun de se dérouler dans des restaurants. Assis à une table, on insiste sur le caractère posé et calme de cette rupture.
Aussi bien dans l’une que dans l’autre, la distinction d’univers est plus que jamais évidente. Sa femme, Hannah, porte une robe rouge et son fils, Rex, un t-shirt vert, ce qui renvoie aux couleurs des bracelets qu’il porte au poignet pour savoir dès le réveil dans quel réalité il se trouve.

awake s01e01

La sortie avec sa femme (J’avoue avoir un faible pour Laura Allen que j’aimais beaucoup aussi dans Terriers) se prolonge par une très belle étreinte dans leur chambre, alors qu’ils sont de retour chez eux. Cette scène est accompagnée par un très beau morceau au piano signé Cat Power et je ne résiste donc pas à vous le faire écouter :

Cette plénitude n’est que passagère puisqu’il a ensuite une discussion révélant tout le décalage qui existe entre sa situation bancale et celle de sa femme, qui tente, elle, de construire une autre vie. Ce basculement annonce une seconde partie d’épisode plus sombre et c’est un thème qui reviendra souvent dans les épisodes suivants.
Car, ensuite vient le sommeil, et le réveil. Ce dernier semble long et difficile. Britten finit par ouvrir les yeux et c’est Rex qu’il aperçoit aussitôt. La vision de son fils est presque subliminale. On passe ensuite directement à une session chez sa psychologue. Les scène de transition, via la chambre à coucher sont importantes. Un peu comme dans le film Un jour sans fin, elles donnent le ton de ce qui viendra ensuite. Les angoisses ou les joies à l’approche du basculement sont à fleur de peau sur le visage de notre héros.

awake s01e01

Killen insiste justement sur ce passage transitionnel, puisque dans la scène suivante, nous somme de retour dans la chambre. Le réveil est alors confus. Michael n’a plus de bracelet de couleur et Slade s’amuse à perturber le téléspectateur en appliquant la teinte bleue/verte synonyme du monde de Rex alors que l’alternance voudrait que nous soyons dans l’autre univers…
Finalement, les choses s’arrangent mais cet incident introduit un axe qui reviendra souvent par la suite, lui aussi, et qui consiste à briser la symétrie en développant la discontinuité des événements. C’est un thème fort et que l’on devine cher à Killen, à savoir démontrer que l’individu recherche le rythme préétabli et le compartimentage des univers. Il s’ingéniera ensuite dans les épisodes suivants à les installer pour mieux les déséquilibrer systématiquement.

awake s01e01

On entre alors dans le dernier quart de l’épisode. Les intrigues policières touchent à leur fin.
Chacune d’entre elle va se résoudre grâce à un détail, en apparence, anodin, mais qui résonne différemment à l’oreille de notre héros car il évoque un aspect de l’autre enquête, jumelle serait-on tenté de dire, qu’il mène dans l’autre univers. Là encore, c’est très malin de la part de Killen que d’insérer cette relation alors qu’il venait justement de tenter une rupture dans l’alternance.
Au passage, vous pouvez remarquer la très belle composition de ce plan (voir photo ci-dessus) citadin, avec une caméra presque posé sur le sol afin de projeter le spectateur dans la peau d’un Britten qui tente de déchiffrer la particularité d’un lieu pour lequel il a l’intuition qu’il va s’avérer important.

awake s01e01

On bascule ensuite vert un décor bien plus ouvert mais notre inspecteur y est dans la même situation, face à un numéro et dans l’interrogation sur la signification de ce lieu.
De son côté Slade s’intéresse à nouveau à une atmosphère citadine avec une prédominance de béton. Lorsqu’on compare l’image ci-dessus et la précédente, on voit qu’il n’est pas juste question de changer de filtre pour colorer les deux univers mais que le choix des lieux a son importance. l’Utilisation d’un ciel prédominant (en l’occurrence bleu) sert à point nommé le propos en cours…

awake s01e01

Arrive enfin la conclusion de cet épisode. Elle se déroule chez le psychologue et amène l’ouverture nécessaire à tout bon pilote qui se doit de lancer correctement sa saison. Britten arrive à la ferme résolution qu’il ne veut pas renoncer à ses deux univers alors que son psy lui enjoint, au contraire, de renoncer à celui qu’il considère comme étant du domaine du rève.
Pour enfoncer le clou, Slade parvient à accompagner ce choix en représentant Michael avec son fils, puis avec sa femme, dans des scènes très similaires (à table en cuisine) et ce sans l’habituel distinguo de couleurs…

Faire appel à un metteur en scène de cinéma pour tourner le pilote d’une série et ainsi insuffler une ligne formelle pour la suite aura été une tendance lourde de 2012 (dans des genres très différents, je pense à Luck avec Michael Mann et Revolution avec Jon Favreau). Si le résultat est souvent agréable à l’oeil, il n’est pas toujours synonyme de succès. La preuve en est avec Awake qui n’a pas percé.
Nous devrions tout de même retrouver David Slade prochainement puisqu’il est annoncé à la production et à la réalisation du pilote d’Hannibal pour NBC.

Voilà, j’espère que vous aurez pris autant de plaisir à lire ce commentaire que j’en ai eu à l’écrire. Awake, tout original que soit son idée de départ, n’aurait peut être pas pu être viable à long terme. Passée la déception d’une trop brève saison, il n’en reste pas moins une réflexion intéressante et un détournement du genre policier très judicieux.
Ce pilote était et reste le point de départ parfait.*

Visuels : Awake / NBC

*: A mon humble avis bien sûr ;o)

5 réflexions sur “[Rétro 2012] Awake s01e01

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s