Don’t ever wipe tears without gloves part 1/3

(SVT) minisérie en trois parties
Marathon à Séries Mania le 23 avril à partir de 20h30
don't ever wipe tears without gloves s01e01

Le Festival Séries Mania se rapproche ! Il se tiendra du 22 au 28 avril au forum des images et je vous renvoie vers ma présentation si vous ne l’avez pas encore lue. Dans la continuité de cette dernière, j’ai choisis d’écrire une série de textes pour vous présenter des productions du monde qui seront à l’honneur lors du Festival.
Après Prague (Burning Bush), Montréal (Unité 9) et Sydney (Redfern Now), embarquons pour Stockholm ! La capitale suédoise constitue le décor principal d’une minisérie poétique et inspirée. Don’t ever wipe tears without gloves (n’éssuie jamais les larmes sans gants) est une très belle histoire d’amour homosexuelle dans le contexte du début des années 80 et l’emergence du Sida.

A peine diplômé, Rasmus débarque à Stockholm, impatient depuis de longues années, d’y approcher la communauté gay. Benjamin est un témoin de Jéhovah qui fait du porte à porte jusqu’au jour où il sonne chez Paul, homo particulièrement exubérant, qui lui fera ouvrir les yeux sur sa préférence. Tout semble réuni pour que Benjamin et Rasmus forment un couple fusionnel, seulement voilà…


Je ne vous apprends rien en affirmant que la question homosexuelle est particulièrement d’actualité. Le festival consacrera d’ailleurs la soirée du 26 à deux comédies (Mom and Dads, The New Normal) qui traitent de l’homoparentalité !
Cette minisérie est une adaptation d’un roman de Jonas Gardell, sans doute la figure gay la plus connue dans son pays. Si elle appuie sur l’indifférence manifestée par la société suédoise lors de la tragédie du Sida, elle n’évacue pas les problématiques familiale et religieuse. Malgré leur gravité, ces questions sont abordées très naturellement et sans démonstration téléguidée.

Au delà d’une interprétation déjà sublime, j’ai été particulièrement impressionné par un montage subtile et intelligent ! Cette première partie est très découpée entre l’enfance des deux jeunes hommes, le futur (ou plutôt la fin ?), leurs familles et leurs actions présentes. Pourtant, on ne décroche à aucun moment, bien au contraire. Cette construction morcelée n’est absolument pas gratuite et les scènes sont associées pour leurs similitudes ou leur antagonisme dans un ensemble assez visionnaire il faut bien le dire !

Don't Ever Wipe Tears Without Gloves (SVT) posterAu lieu de regarder les experts mardi prochain, je vous recommande donc fortement de vous rendre à Séries Mania pour y découvrir l’intégralité de cette mini-série que je verrai bien, dans le futur, sur Arte par exemple (à bon lecteur…).

Visuels : Don’t ever wipe tears without gloves / Torka aldrig tårar utan handskar / SVT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s