Orphan Black s01e10 « endless forms most beautiful »

(BBC America/Space) saison 1 de 10 épisodes et saison 2 prévue en avril –
(Numéro 23) à partir du 20 novembre en deuxième partie de soirée –
Orphan Black s01e10

Cela faisait un moment que je n’avais plus écrit ici mais il me tenait à cœur de vous proposer un petit bilan sur la première saison d’Orphan Black en cette semaine de novembre bien précise ! En effet, la diffusion des dix premiers épisodes débute en France dès demain sur la chaîne Numéro 23 et j’espère vous convaincre de ne pas manquer ça si vous ne l’avez pas encore vue.
Avant d’entrer dans les détails, laissez moi incliner mon chapeau bien bas vers les programmateurs de N°23 qui nous offre là une pépite dans un délai raisonnable et en version multilingue s’il vous plait !

Pour commencer, je vous propose d’écouter un petit extraits du travail de Trevor Yuile qui compose la bande son :


A noter que d’autres extraits sont disponible sur la page Soundcloud de Yuile et que la musique utilisée pour le générique est signée Two Finger (aka Amon Tobin) !

Si vous ignorez tout de la série, je vous conseille de commencer par les trois premières minutes de l’extrait ci-dessous qui plantent admirablement le décor :


Lorsque je relis ce que j’écrivais à l’époque de la diffusion outre atlantique (voir mes posts sur la série), je constate que je n’étais pas tendre avec la série ! Cela ne correspond pas du tout avec l’opinion que j’en ai aujourd’hui. Il faut reconnaître que la série prend son envol très progressivement. Un semblant de structure policière semble se mettre en place mais, sans trop en dire, cette voie s’avère sans issue et c’est bien d’une intrigue purement sérialisée qu’ils’agit !

On doit Orphan Black a un duo opiniâtre qui a longtemps écumé les salles de réunions pour tenter de convaincre divers responsables de network avant de parvenir à monter leur projet. John Fawcett est un réalisateur canadien expérimenté qui a mis en scènes de nombreux épisodes pour un large panel de séries (notamment canadiennes, Saving Hope, Lost Girl, …) durant ces vingt dernières années. C’est lui qui a imaginé le point de départ et Graeme Manson s’est chargé d’écrire la suite. Manson est un scénariste au champ d’action plutôt orienté vers le cinéma jusqu’ici et qui avait notamment écrit le fameux film Cube en 1997.
Après avoir brièvement envisagé d’en faire un film, nos deux compères tentent de vendre leur projet sur la base du script d’un pilote écrit par Manson. Mais on leur répond invariablement que l’idée est brillante sans pour autant vouloir miser dessus. Après de nombreux échecs, c’est finalement la BBC America qui signe et il est même décidé qu’Orphan Black sera programmée dans la foulée du Doctor Who lors des soirée du samedi de la chaîne à la fin mars 2013.

Le résultat combine la double vision de ses créateurs. La mise en scène est inspirée et résolument moderne. Les ambiances contrastent entre le chaud et le froid et l’utilisation de dégradés de flous évoque Instagram. Les décors, souvent de nuit, s’éloignent des repères géographiques habituels pour instaurer une ambiance propre au récit d’anticipation.
Le récit justement est d’un seul trait, de ceux qui font saliver le sériephile en mal de cliffhangers ! Durant les dix épisodes, on n’échappe rarement à cette impression d’urgence qui contamine chaque personnage dans un ensemble d’une efficacité remarquable.

Et puis comment ne pas évoquer Tatiana Maslany ! L’actrice, canadienne elle aussi, est partout dans la série. On ne peut pas dire qu’elle impressionne par un jeu exceptionnel mais elle y met tout le cœur nécessaire. A l’image de ses personnages, elle délivre des performance très brute, à fleur de peau et souvent sur un registre envoûtant avec son visage à mi-chemin entre l’enfance et l’âge adulte.
A ses côtés ils sont bien peu à exister. Non par absences de talents mais plus par manque d’ambitions à leur niveau. On imagine que la saison 2 aura un autre regard à leur porter, notamment en ce qui concerne Jordan Gavaris jusqu’ici cantonné à la caution humoristique de la série.


Voilà ne vous méprenez pas, vous tenez là un petit tour de force sériel ! Sans moyens extraordinaires, Fawcett et Manson ont construit une belle série de genre à suspense qu’il faudra polir par la suite pour marquer encore un peu plus les esprits.

Orphan Black (BBC America) posterVisuels : Orphan Black / Bell Media / Temple Street Prod. / Space / BBC America
Musique : Trevor Yuile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s