Black Sails s01e01 “I.”

(Starz) saison 1 de 8 épisodes en cours depuis le 25 janvier et diffusée chez nous via OCS Max – Saison 2 comprenant 10 volets déjà commandée –
Black-Sails-Teasers-black-sails-a-starz-original-series-35507225-1280-853

Je vous l’avoue de but en blanc, je ne porte pas Starz dans mon coeur ! Après de long mois, je n’ai toujours pas digéré l’annulation de Boss et la direction que prend la chaîne depuis me consterne. Pour simplifier, elle part du constat que Spartacus est LE mètre étalon qu’il faut reproduire.
L’arrivée d’une série de pirates n’étonne donc plus personne lorsque l’on a ce schéma en tête. Il n’y pas à avoir beaucoup d’imagination pour comprendre que le pirate est un lointain cousin marin du gladiateur…
Mais le sériephile en a vu d’autres ! Il doit pouvoir juger d’une série en faisant abstraction de ces précédentes désillusions.

Au dix-huitième siècle, le capitaine Flint dirige l’un des meilleurs équipages pirates qui officient au départ de Nassau (Bahamas). Et pourtant, après avoir été sur la piste d’un mystérieux vaisseau espagnol chargé d’or, ses hommes, qui ne sont pas dans la confidence, s’apprêtent à lui choisir un remplaçant…


Au générique de la série, un nom dénote très vite aux yeux du téléspectateur attentif : Michael Bay ! Responsable de films comme Armageddon, Pearl Harbour ou bien Transformers, le monsieur est un spécialiste du Blockbuster. Le voici donc investit auprès de la cause sérielle et plutôt deux fois qu’une puisqu’il est également impliqué dans The Last Ship à venir sur TNT cet été.
Black Sails ne dénotera pas dans sa biographie car le tournage a eu lieu au Cap en Afrique  du Sud sur un lieu si énorme qu’il évoque un parc d’attraction, comprenant une réplique taille réelle du bateau au drapeau noir, plusieurs bassins et une réplique partielle grandeur nature, elle aussi, du port caribéen !

Le récit est un prequel assez libre de l’île au trésor de Stevenson. Dans le classique, un jeune garçon partait sur les traces d’un trésor que Flint avait enterré sur une île. Outre Flint, on retrouve certains personnages dans Black Sails comme Billy Bones qui n’est pas encore le second de Flint et John Silver qui est lui, par contre, déjà bien tordu.
Tout cela est greffé à une trame historique qui tient compte, là encore librement, du passé de New Providence, alors abandonnée par les anglais au mains des pirates dont un certain Charles Vane, capitaine d’un pavillon noir également (mais non fictionnel donc).
On doit se savant mélange à un duo. Jon Steinberg et Robert Levine avaient déjà collaboré sur Human Target (FOX) mais on connaît surtout le premier pour avoir co-crée Jericho (CBS) et fait le showrunner sur la première saison de Chuck (NBC).

Leur approche est plutôt séduisante de prime abord. Le désir d’écarter les clichés est flagrant ! Pas de bandeaux devant l’oeil, pas de jambe de bois (Silver en a pourtant une dans le texte de Stevenson), pas de perroquet, etc.
Ce pilote nous permet d’entrevoir une attaque aussi violente que relativement brève et tout ce qui suit s’attache ensuite à définir un mode de vie au codes bien précis. Le principe d’égalité prédomine. Chaque pirate doit prétendre au même droits.
Ce volet est bien introduit. La mise en place n’est pas trop didactique et l’univers recèle d’aspects geo-stratégiques intéressants pour qui souhaite s’y plonger.

Seulement voilà, tout cela semble un peu vain ! A force de s’éloigner des clichés pirates, les répliques manquent de couleur. Le casting, pourtant physiquement armé ne convainc pas. C’est comme s’il était indifférent et ne croyait pas à l’entreprise de Flint. Tobey Stephens justement semble pourtant être un acteur à la mesure du personnage mais ces convictions qui devraient être contaminatrices ne passionnent pas.
Et puis surtout, certains passages de l’épisode semble amputés. Le début de poursuite du Scarborough, le déchargement des marchandises ou encore l’expédition auprès de Guthrie.

Un ou deux épisodes supplémentaires permettront toutefois d’y voir plus clair, nous permettant notamment de déterminer si nous serons devant un autre Magic City en puissance !
La diffusion du pilote semble avoir attiré du monde le week-end dernier (voir séries TV news) mais ne vous laissez pas flouer par l’annonce de la commande d’une saison 2 il y a plus de six mois. Il ne s’agit certainement pas d’une réaction à un soit-disant bel accueil de la série en avant première. Starz est coutumière du fait et se trouve ainsi en meilleure position pour vendre la série à l’étranger par la suite.

Visuel & Vidéo : Black Sails / Starz

4 réflexions sur “Black Sails s01e01 “I.”

  1. Arf moi je l’ai beaucoup aimé ce pilot mais contrairement à toi je suis assez fan des séries Starz… Magic City que tu cites, mais aussi Spartacus que j’ai vraiment adoré et dont le final m’a laissée en larmes… (oui je suis comme ça moi !) Et puis Da Vinci Demons l’année dernière que j’ai beaucoup beaucoup aimé aussi. Alors oui on a toujours la même recette : contexte historique + violence + images surtravaillées + sexe à tous les étages, mais je suis clairement cliente ! Et d’ailleurs j’ai trouvé que c’était presque « sobre » niveau sexe dans ce pilot ! lol

    J'aime

    1. Il faut que je relativise mon propos sur Starz ! L’incident Boss ne m’empêche pas d’avoir dit du bien sur Spartacus (surtout au début), Magic City (surtout pour la fin) et j’écrierais sûrement un bilan positif sur Da Vinci’s Demons également…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s