Looking s01e08 “looking glass”

(HBO) saison 1 en huit épisodes et saison 2 prévue
Looking (HBO)

Le festival Séries Mania — dont c’est déjà la cinquième édition — qui se tient au Forum des images du 22 au 30 avril proposera notamment en sélection officielle cette Looking d’HBO. La saison 1 vient de s’achever et nous savons déjà qu’il y aura une suite ; certaines rumeurs évoquent même une saison suivante augmentée en nombre d’épisodes.
Le problème avec HBO, c’est que lorsqu’elle nous propose un nouveau format court, on s’attend tout de suite à un autre Girls. J’étais moi-même tombé dans le panneau en dressant une petite présentation ici-même et il apparaît évident que la comparaison n’apporte rien de bon à Looking.

Mais parlons musique ! Looking possède une sélection d’accompagnement tout à fait intéressante. La supervision musicale est assurée par une pointure de la profession qui n’est autre que Liza Richardson (FNL, Parenthood, Hawaii Five-0 et plus récemment About a Boy ou Sleepy Hollow).
J’ai choisis deux morceaux très disco. Alors j’en imagine déjà certains parmi vous se dire : “le disco pour une série homo, quel cliché !” C’est sans doute un peu vrai mais vous allez voir que ces choix ne sont pas le simple fruit d’une habitude. Laissez moi donc vous présenter Sylvester et Patrick Cowley :



A première vue, les deux titres sont relativement différents mais si je vous les propose simultanément aujourd’hui, c’est parce que les deux artistes ont une histoire commune et à fortiori dans la belle ville de San Francisco. Utilisés pour chacun d’entre eux en fin d’épisode, la voix de Sylvester accompagne parfaitement une étreinte entre Patrick et Richie pour conclure le quatrième, alors que les synthés de Cowley ne s’écoutent que sur le seul générique du sixième.

Patrick Cowley & SylvesterSylvester est originaire de Los Angeles. Il est très vite à l’aise au chant et pratique le gospel avec passion. Il quittera toutefois la région en raison de son homosexualité mal comprise et rejoint San Francisco.
Patrick Cowley est né à Buffalo. Il pratique la batterie à l’adolescence et choisira de poursuivre ses études ou ça, je vous le donne en mille, à… San Francisco également. Il y multiplie les jobs en rapport avec la musique (il vend très vite des jingles musicaux et travaille dans les clubs gay de la ville). D’abord sceptique vis à vis de la Disco, Sylvester va progressivement changer d’avis et notamment en écoutant le son de Cowley qui joue désormais du synthétiseur. En plus d’être amis, les deux artistes vont longuement collaborer et en particulier via le label de Cowley, Megatone Records. des titres comme “You make me feel (mighty reel)” ou “Do you wanna funk” deviennent des classiques et propulse Sylvester aux sommets du genre musical.
Patrick Cowley n’obtiendra pas la même notoriété. Celui que certain compare pourtant à Giorgio Moroder est l’un des artistes précurseur d’un sous-genre du disco, la Hi-NRG. Son rythme élevé annonce dès la fin des années 70 l’arrivée de la scène électronique (House, Techno) telle qu’on la connaît aujourd’hui.
Sylvester et Cowley ont plus tristement en commun d’être mort jeunes des suites du Sida (41 et 32 ans seulement).

La maladie est indirectement abordé dans la série qui, globalement, parvient à s’autoriser tous les sujets. Je trouve notamment très intéressant que l’on s’y intéresse à des personnages de différentes générations. La mise en perspective permet alors des contrastes bienvenus.
J’ai toutefois le sentiment que si l’on avait remplacé les personnages par des hétéros, on aurait trouvé ça d’une banalité confondante ! En fait, sur les huit épisodes, on constate une certaine irrégularité. La série possède quelques envolées — dont le septième épisode par exemple — durant lesquelles le rythme enlevé déclenche une réelle passion pour les personnages. Mais ses accélérations ne permettent pas d’évacuer ses passages plus lents et moins valorisants — le personnage d’Agustín mérite mieux, il faut le reconnaître.

Surtout que le casting est de bon niveau ! Jonathan Groff est parfait dans le rôle de l’anxieux et j’aime beaucoup la performance de Murray Bartlett avec son personnage de Dom. Il faut souligner les seconds rôles également avec un Scott Bakula parfait et le jeune Raúl Castillo qui est lui aussi très bon sous les traits de Richie.
Ils ont en tout cas un fort bel écrin pour s’exprimer. La série met franchement la ville de San Francisco en avant. Je suis malgré tout un peu chafouin sur la mise en scène qui s’inspire fortement de cette tendance de l’image très vintage à la Instagram.

looking (HBO) posterPour terminer sur une note positive, je trouve qu’il y a une bonne marge de progression et je crois que la série pourrait s’améliorer de belle manière simplement en maîtrisant un peu mieux ses temps faibles.

Visuels : Looking / HBO
Musique : Sylvester “i need somebody to love tonight” (1979 Fantasy Rec.)
Patrick Cowley “mockingbird dream” (2013 Dark Entries Rec.)

4 réflexions sur “Looking s01e08 “looking glass”

  1. C’est marrant que la série ait une esthétique « Instagram » tout en s’en moquant dans une réplique du pilote ^^ Aussi, je pense qu’il reste pas mal de sujets à aborder. L’homophobie est la grande absente, mais justement j’ai trouvé ça rafraîchissant.

    J'aime

    1. Mais oui, c’est vrai, j’avais oublié ce passage !
      j’aurais aller plus loin en parlant de barbus hipster auxquels la série fait référence également. Globalement, je trouve que les créateurs n’ont pas su s’extirper de tendances qu’ils souhaitaient pourtant esquiver en sortant des chemins battus.

      J'aime

  2. J’ai beaucoup aimé cette première saison et en même temps je tique sur un de tes commentaires… s’ils avaient été hétéros ça aurait été à la limite chiant… et je me rends compte que c’est tout à fait ça… mais qu’en même temps j’ai tellement craqué pour tous les personnages que ça m’aurait quand même plu, allez savoir ! Mais oui j’espère que la saison 2 ira un peu plus loin !😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s