105060_744b

Madam Secretary s01e01 “pilot”

(CBS) diffusée le dimanche soir depuis le 21 septembre
Pilot

La semaine dernière, j’embrayais sur les nouveautés de rentrée avec un avis pour le moins chafouin sur The Mysteries of Laura. Cette semaine, j’enchaîne avec le retour d’une autre actrice de renom dans un drama judicieusement programmé en amuse-bouche devant The Good Wife.
Dans le sillage du succès de Scandal sur ABC, Madam Secretary est une tentative assez grossière d’imposer un drama concurrent autour, là aussi, d’une femme d’état. Il faut plutôt espérer que le modèle caché soit à débusquer du côté de The West Wing !

Elisabeth Faulkner McCord est une ancienne de la CIA, depuis peu recyclée en professeur à l’université de Georgetown. Alors qu’elle s’occupe de ses chevaux dans sa maison au cadre très bucolique, le président débarque pour lui proposer de devenir secrétaire d’état – équivalent à notre ministre des affaires étrangères – suite à la disparition en mer du précédent titulaire du poste. Elle accepte à reculons et ne tarde pas à découvrir toute la complexité de la tâche…

On pense très vite à Hillary Clinton, Ancienne Secretary of State dans le réel de la vie vraie. On oublie peut être un peu vite qu’elle fut la troisième femme à occuper le poste. Surtout, le personnage de McCord n’a aucun passé politique, éloignant ainsi rapidement la comparaison avec le parcours de Madame Clinton.
Ce qui m’amène à formuler une première critique envers la série. Admettons que McCord soit une femme parfaitement qualifiée pour le poste, accédant au job sans avoir jamais exercé de velléités politiques. Il est beaucoup plus regrettable de ne pas avoir donné une couleur de parti au président en poste. Croire qu’il va être possible d’évoquer les affaires extérieurs sans jamais évoquer leur relation avec les affaires internes – et donc l’opposition démocrates/républicains – semble illusoire.

Madam Secretary est une création de Barbara Hall, scénariste expérimentée déjà à l’origine de Joan of Arcadia et également showrunner pour Judging Amy, toutes deux sur CBS. Plus intéressant en ce qui concerne le sujet ici présent, elle a consacré une partie de son cursus scolaire aux sciences politiques. Et récemment, elle signait même deux épisodes de la saison 3 d’Homeland.
Pour autant, ce qui interpelle ici, c’est le thème assez ambitieux lorsqu’on s’adresse au public américain de mettre en avant la diplomatie et les affaires étrangères. C’est assez courageux et sur CBS de surcroît.

C’est aussi un très bon choix que d’avoir confié le rôle principal à Téa Leoni (The Naked Truth) dont c’est le retour après une longue absence sur le petit écran. Leoni est d’entrée très à l’aise et se distingue essentiellement sur deux points. Elle amène une autorité naturelle nécessaire pour le personnage et elle a suffisamment de talent pour être crédible aussi bien sur un plan familiale que professionnelle. Elle n’est pas loin en cela de rappeler l’immense Sidse Babett Knudsen, la fameuse Birgitte de Borgen.

Enfin, pour terminer ce petit tour d’horizon, je suis déçu par le travail de David Semel à la réalisation qui livre un pilote trop sobre à mon goût. Prolifique, Semel est passé par une multitude de séries. Citons des titres aussi variés que Beverly Hills, Buffy, Ally McBeal, Studio 60, House, Hemlock Grove, Hannibal ou bien encore The Strain. J’étais resté sur une impression magistrale avec un épisode d’American Horror Story (il signe le s02e06) et l’occasion était belle d’imprimer sa marque comme il est désormais encore un peu plus d’usage lors d’un pilote. Bien que je salue le choix de ne pas avoir opté pour un montage dynamique à la Scandal, l’ensemble est trop effacé.

Malgré des choix qui peuvent déconcerter, je vois Madam Secretary d’un bon oeil. La présence de Leoni est une authentique plus-value et il se trouve qu’elle est magnifiquement bien entourée. On ne fait qu’entrevoir les seconds rôles dans ce pilote mais la somme de talents est impressionnantes, je pense à Bebe Neuwirth (Cheers), Željko Ivanek (Damages) ou Keith Carradine (Fargo). Une belle équipe de mercenaires à même de faire tendre la série dans une direction peut être pas forcément des plus originales, mais qu’on aimerait tout de même voir développée.
L’une des dernières séquences est d’ailleurs un bel hommage à The West Wing. La voie est toute tracée !

Visuels & Vidéo : Madam Secretary / CBS

4 réflexions sur “Madam Secretary s01e01 “pilot”

  1. Ah bon.. Je n’ai pas tenu plus de 20 minutes. J’ai été decu par Tea Leoni qui semble avoir laissé de côté son petit air déjanté qui contrastait si bien avec sa tres grande beauté.

    Et par Keith Carradine qui se contente de planter là sa prestance naturelle sans rien ajouter d’autre.

    Bon, je vais essayer à nouveau. J’ai peut être loupé qq chose..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s