Married

[Rétro. 2014] Married

(FX) saison 1 en dix épisodes et saison 2 prévue
zap-married-season-1-finale-family-day-photos--008

Si l’on met de côté Tyrant, FX nous a quand même bien gâté depuis le début de l’année dernière ! Du reste, entre l’excellente Fargo et l’OSNI* Man Seeking Woman (diffusé actuellement), on aurait tort d’oublier trop rapidement un duo de comédies diffusé l’été dernier et constitué de You’re the Worst accompagnée de Married.
La première revisitait ingénieusement la comédie romantique mais c’est sur la deuxième que je souhaiterais m’attarder. Avec un sujet plus convenu, Married se transcende en effet grâce à la performance d’un couple remarquable et constitue un exemple supplémentaire de transition réussie entre cinéma indépendant et petit écran.

Je vous propose de lire la suite en musique. Voici les Das Tapes :


J’ai glané bien peu d’informations sur ce duo électrofunk. Je me contenterai simplement de préciser qu’ils sont basé à Los Angeles, ce qui es raccord avec la série. Leur style est toutefois un peu plus enlevé que l’ambiance générale de Married qui tend vers une atmosphère décontractée.

Mariage compliqué
Russ et Lina Bowman forment un couple élevant trois filles en banlieue californienne. Ils ne roulent pas sur l’or et bien qu’il ne soient pas submergé par le travail, leur situation est une source interminable de dépression. Russ ne parvient pas à exercer sa libido et Lina désespère de trouver leur prochaine maison.


Le point de départ est courageux. Voilà des parents qui se plaignent ouvertement de leur condition tout en s’y complaisant ostensiblement. le couple à problèmes est un grand classique de la comédie romantique mais l’absence d’évolution possible vers un avenir meilleur est bien plus rare. Il y a pourtant une exception notable avec Togetherness – diffusée actuellement sur HBO – qui opte pour une trajectoire étonnamment très similaire. A mon sens, Married va toutefois plus loin car son duo principal assume entièrement son mal être, là où la série des frères Duplass tente d’évacuer par des dérivatifs (la consultation chez un psychologue du couple…).

Au delà de leur problèmes, Russ et Lina construisent une représentation précise et authentique d’une famille moderne. Married trouve son rythme avec un humour noir et acerbe mais pas seulement. Le lien entre le père et la mère prend peu à peu le dessus. Leur amour non feint pour leurs filles, très ténu de prime abord, se révèle entre les lignes jusqu’à esquisser les contours d’une famille aux liens bien plus forts qu’on ne pouvait le penser.

Le duo parfait
Cette performance fonctionne essentiellement grâce au talent du duo principal. Judy Greer est sublime dans le rôle d’une Lina épuisée. Nat Faxon est fantastique dans le rôle d’un Russ frustré. Les deux acteurs ont d’ailleurs en commun d’avoir souvent exercé des rôles de seconds couteaux. Il possèdent tout deux un talent naturel pour la comédie mais leurs prestations ici démontrent combien il peuvent prétendre à toutes les nuances du jeu.

Ces deux là sont également bien entourés. Russ retrouve fréquemment deux compères qui sont interprété par Jenny Slate (Jess) et Brett Gelman (A.J.). Les deux personnages sont hauts en couleurs et dégoupillent facilement. Jenny Slate – qui ne serait malheureusement pas de retour en saison 2 – est fantastique dans chacune des ses scènes.
On notera enfin la présence de deux acteurs de grande classe. John Hodgman (Bernie) et surtout, Paul Reiser (Shep) pour compléter un casting impeccable.

Indie Vibe
Married est une création d’Andrew Gurland. Son parcours n’est pas sans rappeler celui de Lena Dunham ou Jill Solloway, celui d’un cinéaste remarqué pour ses faits d’arme sur la scène du cinéma indépendant avant de venir trouver son bonheur sur le format sériel.
Gurland se fait remarquer après des études de cinéma (NYU) en réalisant Mail Order Wife. On lui propose alors plusieurs projet. Il tourne The Virginity Hit pour Will Ferrell et The Last Exorcism pour Eli Roth. Puis il tourne un pilote pour Showtime avec Glen Gordon Caron. Le projet n’aboutit pas mais Gurland constate que la télévision offre plus de possibilités. Il y parvient avec Married pour FX. La chaîne lui laisse justement les mains libres, la preuve :

« This show can be whatever you want it to be, and don’t feel constrained in any way. »
(Nick Grad, President of Original Programming at FX – Source)

Gurland développe tout ce qu’on aime dans le dramedy actuel. Une majorité de décors naturels. Une photographie juste et colorée qui souligne joliment cette banlieue de LA. Des plans au plus près de ses personnages qui accompagnent le geste signifiant. En somme, la représentation formelle qu’on attend d’un transfuge Indie et qui fait cruellement défaut dans la trop classique Togetherness.

Married n’a sans doute pas reçu l’accueil qu’elle mérite. La contradiction entre son point de départ dominé par le malaise et sa représentation pourtant juste du couple marié n’a sans doute pas été comprise. Elle gagnerait certainement aussi à équilibrer ses points de vues entre Russ et Lina.
Il n’en reste pas moins une série sincère et inspirée qui magnifie le genre de la comédie douce amère.

Visuels : Married / FX
Musique : Das Tapes « Fetish » (entendu dans l’ép. 2)

*: Objet Sériel Non Identifié.

3 réflexions sur “[Rétro. 2014] Married

    1. oui, et ça semble être l’avis général de ce côté-ci de l’atlantique ! J’aime beaucoup YTW aussi mais hormis Aya Cash (que j’adore au passage), le casting ne fait pas le poids face Greer, Faxon et compagnie… enfin, à mon humble avis bien sûr !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s