MbLlFtZ

Destins contraires, Fargo s02e05 (récap.)

(FX) s02e05 “The Gift of the Magi”
saison 1 et saison 2 (en cours) à voir chez nous sur Netflix
205_fargo

Navigation :
s02e04: Fear and Trembling <<
s02e06: Rhinoceros >>

C’est avec un peu de retard que je reprends le fil de ces récapitulatifs pour Fargo. L’actualité n’en est pas la seule responsable. J’ai pris le temps, la semaine dernière, d’écrire une analyse consacrée à cette première partie de saison 2 que vous pouvez lire sur le Daily Mars.
Avec cet épisode, le destin s’acharne sur les Blumquist. On pourrait penser que l’on se rapproche trop vite de la fin mais cela ne fait surtout que relancer le caractère imprévisible d’une série décidément au dessus de la mêlée !

Attention, ce qui suit est un récapitulatif complet dudit épisode. Il suppose que vous l’ayez vu au préalable ! Vous êtes prévenus.

And where some saw a drowning man, I saw a life to save…
C’est enfin l’occasion de découvrir Ronald Reagan, interprété ici par Bruce Campbell (décidément très en vue actuellement puisque déjà à l’affiche d’Ash Vs. Evil Dead). Reagan était aux abonnés absents pour la séquence d’ouverture de cette saison mais il est bien là, cette fois-ci, et s’arrête à Luverne avec son bus de campagne.
Pendant ce temps, une bonne partie de la pègre de Kansas City s’arme jusqu’aux dents dans la toundra du Minnesota. Joe Bulo et ses sbires se sont entourés du garde chasse local afin de ne pas être surpris par le terrain. C’est pourtant ce dernier qui est le premier à tomber sous les balles des Gerhardt qui déciment leurs adversaires.

The Butcher of Luverne. Car les Gerhardt sont plus que jamais en guerre. Un peu plus tôt, Hanzee faisait son rapport et, sous l’insistance de Dodd, il annonce la mort de Rye à Floyd en désignant Ed comme responsable. L’indien est assez proche de la réalité mais il enjolive le rôle d’Ed de manière assez subtile. Le procédé est délicieux et symbolise bien la connivence d’une série qui aime intercaler des clins d’oeil ludiques de ce cet acabit.
Floyd veut donc la peau du “boucher” et Dodd n’hésite pas à envoyer Charlie, le fils handicapé de son frère, avec le tueur à gage de la famille pour refroidir Ed. Dodd a toutefois bien moins d’emprise sur sa propre fille, Simone, qui s’échappe pour retrouver Mike Milligan au son des Dramatics :

Just the tail of the snake. Chez les Blumquist, Peggy essaie de convaincre son mari qu’il est temps pour eux de fuir en Californie. Ed ne veut rien entendre et souhaite, plus que jamais, racheter la boutique de son patron. Peggy tente alors son va-tout en lui avouant que Constance (sa patronne) avait vu la voiture au pare brise éventré.
La scène se déroule dans la cave du couple. L’endroit est saturé de magasines féminins et il ne fait alors plus aucun doute que Peggy est sujette à des troubles du comportement. De multiples indices le laissait entendre auparavant mais l’évidence est désormais flagrante et c’est tout au crédit d’une série qui aura pris le temps de dévoiler la vraie nature de la jeune femme. Au passage Kirsten Dunst réalise de belles choses avec ce personnages instables qui n’a que peu de temps de parole au final.

Just gonna die anyway. A la boucherie, Ed cherche encore un moyen de réunir les fonds pour acheter la boutique. C’est à ce moment là qu’arrive Charlie. Le jeune Gerhardt est bien trop tendre pour tuer quelqu’un et ce d’autant plus qu’il n’est pas insensible aux charmes de Noreen. Il quitte la boutique avec un morceau de viande et va laisser un message à son père en annonçant qu’il se rangera à son avis en retournant à ses études.
Quand il retourne une seconde fois dans la boutique, rien ne se déroule comme prévu. Un incendie éclate, Ed et Noreen s’en sortent et l’assistant du boucher sauve Charlie des flammes (mais pas le tueur à gages).

I got a surprise for ya. Pendant qu’Ed luttait pour survivre, Peggy était prête à partir et à planter son mari là. Pourtant, contre toute attente, elle décide sur un coup de tête – décidément une habitude chez elle – de vendre sa voiture pour qu’Ed puisse racheter l’affaire de son patron. Seulement voilà, Ed se présente à elle profondément bouleversé et subitement prêt à partir pour la Californie. La boutique réduite en cendres, le chèque de Peggy ne fait plus le même effet !

L’ironie est cinglante et renvoie à nouveau avec force vers la doctrine de l’absurde que j’évoquais avec l’épisode 3. Mais plus surprenant encore est la défaite pour le moins franche du syndicat du crime de Kansas City durant cet épisode. Milligan accuse le coup – Bokeem Woodbine est à nouveau très bon – et cela promet une réaction musclée de sa part. Vivement la suite…

Observations diverses :

  • Karl suggère à Lou de demander à Reagan si Joan Crawford avait effectivement des morpions. Crawford est une actrice américaine de cinéma dont la carrière débuta vraiment à la fin des années 20. Elle fût la cible constante de multiples rumeurs dont celle-ci ainsi que d’avoir été call-girl avant d’être célèbre.
  • Le titre de cet épisode, The Gift of the Magi, est une nouvelle écrite par O. Henry. L’histoire d’un jeune couple modeste qui s’offre des cadeaux de noël en revendant chacun leur bien le plus précieux. L’ironie de l’histoire veut que ces cadeaux soient justement destinés à compléter aux biens dont ils viennent de se séparer.
  • Les multiples séquences ou l’on entend Reagan s’exprimer font référence à un authentique discours de celui qui était alors candidat à la présidence.

 

Un peu de lecture :

  • Entretien très intéressant avec Maggie Philipps qui se charge de la supersvision musicale sur cette saison 2 de fargo sur l’excellent podcast de MPR.
  • Pour Assignment X, Brad Garrett commente son virage vers le drama.
  • L’existence d’organisations mafieuses à Kansas City est fondée. C’est ce que nous explique KCUR (radio publique basée à KC).
  • Il y a une belle référence musicale à Fargo, le film dans cet épisode sous la forme d’une reprise signée Jeff Tweedy de Wilco. l’IBT nous explique sa genèse.
  • Enfin, le THR ne fait pas les choses à moitié puisqu’ils ont rien moins que Patrick Wilson (Lou) et Bruce Campbell (Reagan) en interview pour la série cette semaine !

 

Visuels : Fargo / FXP / MGM
Musique : The Dramatics “Whatcha See is Whatcha Get” (1971 Stax)

 

2 réflexions sur “Destins contraires, Fargo s02e05 (récap.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s