203

Entre résurrection et apoplexie, True Detective s02e03 (récap.)

(HBO) s02e03 “Maybe tomorrow”,
saison 2 en huit épisodes à voir chez nous sur OCS
ep11-ss08-1920

C’est Ray Velcoro qui l’avoue. Il se sent franchement apoplectique ! On le serait à moins vu ses déboires récents. En revanche, True Detective retrouve quand à elle toute sa maestria grâce à une ouverture surréelle et cette répartie piquée d’humour qui faisait défaut jusqu’ici.

Attention, ce qui suit est un commentaire complet dudit épisode, il est nécessaire d’avoir vu l’épisode avant de le lire ; vous êtes prévenus !

Conway Twitty entre en scène :

“You were here first”
Au premier regard, on pense à Elvis. Il s’agit en fait d’une imitation – autant pour le déguisement que pour la voix, le doublage étant apparent – du crooner Conway Twitty interprétée par l’artiste Jake La Botz. “The Rose” est un titre qui évoque l’amour. Le contraste est donc saisissant avec la conversation entre Ray et son père. Après avoir évoquer la filiation de ses main ensanglantées, ce dernier pointe toute la faiblesse de son fils, son manque de cran. Selon lui, il va même tout droit à sa perte !
Ray contemple alors la plaie qui barre sa poitrine et de ce bar – où il retrouve habituellement Frank – il se retrouve étendu sur le sol de l’appartement officieux de Caspere à Hollywood. Son agresseur lui a tiré dessus avec de la chevrotine en plastique ! La surprise encaissée, il faut saisir ici la double ironie de cette situation. Ray a été abattu par une arme de chasse manipulée par une personne coiffée d’une tête de volatile et puis ces munitions sont le plus souvent utilisées par… les forces de l’ordre.

“I’m whittling them down”
Lorsqu’Ani retrouve Velcoro ficelé avec des bandelettes, elle n’hésite pas à lui passer un bon savon. Comment se fait-il qu’il se pointe comme une fleur sur le lieu du crime de Caspere sans l’en informer ? Mais il en faudrait plus pour la détourner de son but. Ce n’est pas Steve, ce coup d’un soir, qui va l’empêcher de boucler cette affaire ! Ce n’est pas non plus une assistante du procureur agressive qui va enrayer son enquête.
Sa scène – du crime – débusquée, les indices s’amoncellent et, Velcoro sur la touche, elle se sert du physique de Paul pour explorer l’immense baraque du maire de Vinci avant de l’envoyer sur le trottoir pour interroger les péripatéticiennes.
Plus tard, elle semble pourtant en mesure de fendre l’armure lorsqu’elle découvre la situation familiale pitoyable de Velcoro. Si, en plus de cela, il faisait preuve d’un acte de bravoure…

“Is that a fucking e-cigarette ?”
Paul, qu’on a vu fumer la semaine dernière chez sa mère, n’est apparemment pas du genre à vapoter et le fait savoir à Bezzerides. D’ailleurs, c’est plutôt le style macho à aller voir des courses d’enduro avec un ancien collègue. Oui, enfin, c’est ce qu’il essaie de nous faire croire car au delà de cette posture, son moi profond est tout autre. Au delà du déni de son engagement avec les mercenaires de Black Mountain, sa relation avec son ancien camarade de combat est sans doute allée plus loin que l’amitié. Paul coupe d’ailleurs brutalement la conversation quand les choses deviennent trop tactiles à son goût.
Lorsqu’il reprend les recherches sur l’affaire Caspere, ce même malaise refait surface alors qu’il fréquente un club en compagnie d’un indic visiblement très intéressé par notre Paul.
D’ailleurs, dans ce même club, il croise brutalement le regard d’un type passablement sur les nerfs…

ep11-ss06-1920

“I take a shit, there’s a gun to my head saying : make it a good one, don’t fuck up”
Avant de croiser Woodrugh au Lux infinitum, Frank poursuit sa course effrénée vers la crise de nerfs. Contrarié par les suites de la disparition de Caspere, il est incapable de se concentrer alors que sa femme se plie en quatre pour l’aider à produire sa semence. Pourtant, cette nervosité apparente n’a pas que des défauts. Quand il doit intimider une ancienne connaissance afin qu’il lui reverse des commissions via un chantier en cours, Frank semble alors aussi à l’aise qu’un poisson dans l’eau.
Mais les mauvaises nouvelles continuent de s’empiler. Osip – ce partenaire russe mystérieux – se retire à Las Vegas et ce n’est forcément pas bon signe. Et puis, Stan, l’un des hommes de mains de Frank, est retrouvé mort. La coupe est donc pleine et il est plus que temps pour lui de reprendre possession de sa crédibilité mafieuse et ce, à pleine dent !

“I want to stay angry”
Si Semyon s’improvise dentiste, Ray n’a pas besoin d’être médecin pour savoir qu’il a déjà brûlé la chandelle par les deux bouts. La réalité de sa santé vacillante l’interpelle néanmoins avec force lorsque le docteur lui demande tout simplement s’il souhaite vivre. La funeste prédiction assénée par son père en ouverture – lorsqu’il était dans les limbes – lui revient comme un boomerang. Le Raymond nouveau doit ouvrir les yeux et prendre son envol. Un Ray qui n’a plus peur de s’opposer à Frank. Un Ray qui ne boit plus d’alcool. Un Ray qui prend soin de son père. Un Ray qui ne se laisse pas acheter par sa femme et qui ne renonce pas à son fils. Un Ray qui tente même de se soustraire à l’enquête Caspere pour échapper à une hiérarchie décidément peu scrupuleuse. Bref, un Raymond Velcoro exemplaire et dévoué qui sauve in extremis sa coéquipière du danger !

L’épisode se termine alors que Frank rentre chez lui. Il semble avoir enfin trouvé l’apaisement. Mais à quel prix ? Au prix d’avoir définitivement renoncé à emprunter la voix de la légitimité. Est-il alors redevenu un loup solitaire qui n’a plus besoin de la compagnie de sa femme ? Réponse : “Maybe tomorrow.”
La Musique envoutante de Bonnie “Prince” Billy (“Intentional Injury”) accompagne le générique de fin :

Avec ce troisième volet, True Detective prend enfin un peu de distance ! L’ouverture et la double apparition du crooner accompagné de la figure paternelle permettent de créer un décalage bienvenu au sein d’un récit très brut de décoffrage jusqu’ici.
Cette séquence chimérique évoque furieusement Twin Peaks et rejoint ainsi, plus généralement, l’inspiration très « Lynchienne » de ce début de saison. Citons notamment le défilé nocturne d’une route qui constitue la première image du générique et qui évoque Lost Highway ou plus simplement le lieu Californien dans son ensemble qui rappelle quand à lui Mulholland Drive.

L’humour épicé de Nic Pizzolatto fait également un retour apprécié. C’était notamment l’une des marque de fabrique de Marty Hart (Woody Harrelson) lors de la saison 1. Cette fois ci, c’est Velcoro qui semble endosser le rôle du pince-sans-rire :

“So I’ll go ahead and take the day, Xena ?”
“She don’t trust me and I ain’t ever been exactly Columbo”

Par contre, la richesse orthographique de l’auteur passe beaucoup moins bien lorsqu’il n’a plus sous la main Rust Cohle, ce personnage attaché à une certaine culture philosophique, pour la porter. Cet échange entre Semyon et Velcoro, par exemple, est bien trop écrit pour être crédible s’agissant de ces deux personnages :

Frank : “There’s a certain Stridency at work here”
“I’m gonna put it off you getting blasted.”
Ray : “Oh frankly, I’m apoplectic”
Frank : “I’m feeling a little apoplectic myself”

Enfin, le tueur masqué fait Pschitt ! Birdman – comme on l’appelle plus communément sur les réseaux – est en effet drôlement déplumé durant cet épisode. Pourquoi des balles en caoutchouc ? Et puis cette drôle de fuite en fin d’épisode qui n’effraie plus personne. Nous sommes à des années lumières d’un Reggie Ledoux en jockstrap et masque à gaz qui déclenchait une sacrée chair de poule.

Tout cela renforce pourtant la “théorite” aiguë de la série. Vivement la suite donc !

Navigation :
s02e01 : The Western Book of the Dead
s02e02 : Night Finds You
s02e04 : Down will Come
s02e05 : Other Lives
s02e06 : Church in Ruins
s02e07 : Black Maps and Motel Rooms

Quelques théories

  • Commençons si vous le voulez bien par une proposition un peu tirée par les cheveux. Dans son récapitulatif de l’épisode, Jeff Jensen soupçonne Caspere d’avoir maquillé sa propre mort en faisant appel à son ami le Dr Pitlor pour que les miracles de la chirurgie esthétique donne l’illusion que son pseudo-macchabée soit le bon !
  • Le fugitif pris en chasse par Velcoro et Bezzerides porte un nouveau masque qu’on distingue assez mal. Un téléspectateur attentif signale chez Uproxx (capture d’écran à l’appui) que l’on aperçoit déjà ce masque sur les lieux du tournage !

Observations diverses

  • Taylor Kitsch (Paul Woodrugh) s’est confié dans la presse cette semaine. Dans le Daily Beast, on apprend que lui et Pizzolatto sont de vrais piliers de bar ! Et puis, dans The Hollywood Reporter, il laisse entendre que son personnage va craquer dans le prochain épisode !
  • Pour en savoir plus sur l’emprunt à Conway Twitty en introduction, Vulture dresse une explication complète de ce titre qui fût d’abord chanté par Bette Midler !
  • A noter que cet épisode occasionne un premier changement de réalisateur. Le danois Janus Metz Pedersen remplace Justin Lin mais la transition est manifestement indolore (ou invisible, voire les deux, c’est selon).
  • J’avais insisté à l’occasion de l’épisode précédent sur la réalité de Vinci (inspiré de Vernon). Vous pouvez justement lire (et y voir quelques clichés redoutables) un reportage saisissant via Uproxx sur ce lieu invraisemblable. Mais qu’en est-il du projet de la voie de chemin de fer ? le LA Weekly évalue la reprise de cet authentique serpent de mer local dans l’oeuvre de Pizzolatto.
  • Vous avez peut être pensé que le tournage du film sur lequel Bezzerides et Velcoro font un passage évoque Mad Max. Mais avez-vous pensé à l’étrange ressemblance du metteur en scène avec Fukunaga ? Vulture tente ici de démêler cette affaire !

Visuels : True Detective / HBO / Anonymous Content / Lee Caplin / Picture Entr. / Passenger

7 réflexions sur “Entre résurrection et apoplexie, True Detective s02e03 (récap.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s