true-detective-other-lives-colin-farrell

Quatre diamants bleus, True Detective s02e05 (récap.)

(HBO) s02e05 “Other Lives”,
saison 2 en huit épisodes à voir chez nous sur OCS
ep13-ss02-1920

L’épisode précédent se terminant par un clash haletant, une rupture était attendue pour ce cinquième volet en terre californienne. Elle est effectivement à pied d’oeuvre dès les premiers instants avant d’être inexorablement absorbée dans la continuité d’un récit à la fois nébuleux et excitant. Cette ambivalence affaiblit indiscutablement True Detective même si son mystère poursuit son effeuillage intelligent.

Attention ! vous vous apprêtez à lire un commentaire complet dudit épisode. Passez votre chemin si vous ne l’avez pas encore vu.

“It’s been 66 days”
Si “Other Lives” s’ouvre sur le lieu de la fusillade encore parsemée de ses victimes, la première vraie séquence de cet épisode concerne un Frank absorbé par l’information en continu. L’occasion de nous projeter deux mois dans le futur, 66 jours après le meurtre Caspere.
De l’eau polluée a coulé sous les ponts de Vinci depuis. A commencer par Frank qui n’est plus dans sa demeure d’architecte et habite désormais un pavillon plus modeste envahi par les cartons. Ray a quitté la police pour accepter l’offre de Frank et devenir son “consultant” rasé de frais. le “héros” Paul est désormais inspecteur cravaté aux fraudes fiscales et Ani, quant à elle, est placardée à l’inventaire de son commissariat.

“It’s the girth”
Antigone, justement, s’adapte assez bien à son nouvel environnement de travail. Elle supporte nettement moins le groupe de soutien pour harcèlement sexuel auquel elle est tenue d’assister. Mais Ani est une battante et pas question qu’elle s’apitoie. Au contraire, elle reprend une affaire de disparition qu’elle avait entamé et n’hésite pas à ravaler sa fierté pour demander de l’aide à sa soeur. L’adversité va nous l’aiguiser comme une lame. Ani sent bien qu’elle a une revanche à prendre sur les cadors de Vinci.

« I was born drafted on the wrong side of a class war »
Celui qui entrevoit sa revanche, c’est Frank ! Il est redevenu ce qu’il déteste le plus : ce “gangster” dont il méprise le titre. Mais son statut retrouvé lui offre une nouvelle possibilité de réintégrer le chantier si précieux d’une voie de chemin de fer. Après tout, c’est lui qui a permis l’achat des terrains nécessaire en les souillant avec des déchets contaminés et il se charge de le rappeler au principal bénéficiaire du projet, un certain Jacob McCandless (Jon Lindstrom), PDG de Catalast. Ce dernier a justement besoin d’un homme de confiance qui a le bras long. Il souhaite que Frank récupère des films compromettants signés Caspere moyennant l’assurance de devenir heureux propriétaires de terrains situés sur le parcours du futur train.
Et puis, comme il ne laisse rien au hasard (faut-il rappeler qu’il gère un Casino), Frank missionne Velcoro afin qu’il surveille son bras droit de longue date (Blake), lequel s’avère vraiment “louche” ! Et puis, paradoxalement, ce retour aux basse oeuvres le rapproche de sa femme. Jordan ne supporte pas la drogue et les filles de leur club. Elle le fait savoir et provoque une dispute salvatrice. Frank s’adoucit et semble ainsi disposé à adopter un enfant.

“I need to be in the field”
Paul aussi se prépare à être père pour le plus grand bonheur de sa future femme et decsa future belle-maman. Si Paul soigne ses démons intérieurs en alcoolisant son thé glacé, il a d’autres chats à fouetter. La starlette cockée qu’il avait interpellé a maintenu sa plainte et reste bien plus calme que Paul lors de la confrontation. Et surtout, il constate que sa mère a mis la main sur ses économies afghanes, de quoi démontrer – si c’était encore nécessaire – que mère et fils ne sont plus sur la même longueur d’onde.

“Never too late to start all over again”
Heureusement pour l’inspecteur Woodrugh, l’enquête Caspere repart. Le procureur général (Geldorf) n’a pas brillé par son zèle. Dès l’épilogue de la fusillade de Vinci, il s’est empressé de clôturer l’affaire et d’en profiter pour se présenter en tant que candidat au poste de sénateur. Celle qui pilotait l’enquête avec lui, le procureur de l’état, n’a que moyennement goûté les choix de Geldorf. Elle décide donc de relancer l’enquête en toute discrétion car elle se doute bien qu’une poignée de mexicains n’est pas responsable de cette affaire et qu’il y a du gros poisson à pêcher !
Bezzerides a justement des pistes. A commencer par Vera, sa disparue, qui semble avoir participé aux soirées huppées de Caspere au nord de l’état. Woodrugh de son côté, constate que l’étrange Dixon était déjà sur la piste des diamants bleus de Caspere. Tous deux, ils découvre ensuite une étrange bâtisse grâce au GPS de la victime et, un peu plus loin, une cabane qui a sûrement servie pour le torturer.
Quand à Velcoro, il relie facilement Blake au fils Chessani, à Osip (l’homme d’affaire qui avait des projets avec Semyon avant de se rétracter) et au sulfureux docteur Pitlor. Velcoro lui refait le portrait, belle ironie pour quelqu’un qui tient justement une clinique en chirurgie esthétique !

“I try to limit the people I can disappoint”
C’est que Ray est animé d’une rage nouvelle. Il avait pourtant infléchit son régime néfaste après sa rencontre avec l’homme oiseau. De telle sorte que lorqu’il est question d’un test de toxicologie devant le juge qui doit se prononcer sur la garde de son fils, il est pleinement confiant. Par contre le test de paternité, c’est une autre histoire et son ex-femme est déterminée à l’imposer. Alors qu’elle avait fait preuve de magnanimité sur cette question, les choses en changé. C’est le procureur qui en fait la révélation à un Ray éffondré : le coupable du viol de sa femme a été appréhendé. Pis, il pensait avoir refroidi le coupable, lequel avait été pointé du doigt par Semyon. Ce viol a bouleversé la vie de Raymond. Sa femme ne lui pardonnant pas son acte de revanche. Alors si en plus il fût arbitraire…. Ray va avoir une discussion houleuse avec Semyon !

ep13-ss05-1920

« Pain is inexhaustible »
Le saut temporel, loin d’affaiblir la résolution du mystère, a précipité l’irruption de nouveaux indices. La famille patriarcale “inventive” des Chessanis est à l’origine d’un écosystème corrompu qui déteint sur tout l’état de la Californie. Leurs méfaits sont pourtant mis à mal par un tueur volatile aux motivations qui restent à déterminer.
Face à cette équation à résoudre, cet épisode souligne la fébrilité du trio sur le pied de guerre. Bezzerides, Velcoro et Woodrugh (dans une moindre mesure) sont saisis de tremblements nerveux manifestes. Plus généralement, une bonne partie des personnages est victime des ces accès sismiques (citons le Maire de Vinci par exemple). On touche là à la faiblesse maladive des protagonistes d’une série qui n’aura décidément rien fait pour accéder à la popularité instantannée.

« Crime exists contingent on human désire »
True Detective tutoie ainsi le point culminant de la théorie de l’anti-héros. Le personnage de Frank en est un exemple édifiant. Issu d’un milieu modeste et d’une éducation pitoyable, il s’est construit tout seul et alterne bonnes et mauvaises actions sans sourciller. Au travers de son parcours, c’est l’idéal du malfrat intelligent qui est réhabilité. A contre courant, il vient d’une posture mafieuse pour accéder à la légitimité. Il ne croit pas aux vertus du travail traditionnel qui voudrait que planter est source de richesse. Du reste, il ne semble pas obsédé par la fortune mais bien plus par la transmission d’un héritage qu’il doit préparer au préalable.

Semyon va-t-il parvenir à revenir maître du jeu ?! Est-ce que Velcoro va devenir son nouvel ennemi et/ou sombrer avec ses démons ?! Le mystère est toujours là, intense et insaisissable. A une époque ou le polar est une langue maternelle, l’imprévisibilité de True Detective est un diamant bleu !

Navigation :
s02e01 : The Western Book of the Dead
s02e02 : Night Finds You
s02e03 : Maybe Tomorrow
s02e04 : Down will Come
s02e06 : Church in Ruins
s02e07 : Black Maps and Motel Rooms

Quelques théories :

  • C’est l’un des serpents de mer de cette saison. Il y aurait une scène qualifiée d’orgie pour laquelle des actrices porno auraient même été engagé. Au delà des spéculations, Vanity Fair fait le point sur cette possibilité alors que Bezzerides cherche à s’introduire dans les fameuses soirées du fils Chessani. Remarquez également dans ce papier que le lustre en bois assez massif qu’on distingue dans la maison abandonnée de Guerneville n’est pas un hasard !
  • En s’appuyant sur une théorie issue de Reddit, Uproxx fait le point sur le cas du lieutenant Kevin Burris, lequel apparaît dans tous les épisodes et semblent plutôt bien informé des agissements de Dixon.
  • Frank ne trouvera pas le repos tant qu’ill n’aura pas mis la main sur ses 5 millions qui étaient détenus par Caspere. Une petite association d’idées en provenance de Reddit imagine que Caspere les a convertit en diamants. Reste à en deviner les motivations mais ce lien est séduisant, non ?!
  • L’une des théories qui revient le plus s’intéresse au possible conflit générationnel dans la sphère Vinci. Pitlor mentionne l’intérêt politique du fils Chessani. Reddit suppose alors qu’un coup d’état est à l’oeuvre pour remplacer la vielle garde que serait les Chessani père, McCandless et Caspere.

Observations diverses :

  • Après l’américano-taïwanais Justin Lin (deux épisodes), le danois Janus Metz Pedersen et le canadien Jeremy Podeswa, c’est l’irlandais John W. Crowley qui signe la mise en scène de cet épisode. Contrairement à l’expérimenté Podeswa, Crowley – à ne pas confondre avec l’écrivain homonyme – est un authentique novice sur le petit écran. Après une longue carrière à la mise en scène de pièces de théâtre, il est désormais un cinéaste indépendant reconnu (Boy A) dont le premier film, Intermission, était notamment soutenu par un certain Colin Farrell !
  • Vous vous souvenez peut être de la performance remarquée d’Alexandra Daddario l’année dernière. Cette saison, la caution séduction est en partie représentée par Adria Arjona. L’actrice originaire de Puerto Rico et qui a grandit par la suite à Mexico se livre dans Esquire.
  • Woodrugh retourne faire le tour des prêteurs sur gage et LA Magazine se rappelle d’une sombre histoire de vol à grande échelle concernant quelques uns de ces commerces angelinos. Et pour aller plus loin dans la géo-localisation, Curbed LA liste tous les lieux de la série.
  • Velcoro a donc rasé sa moustache. Le Huffpost UK ne s’en remet pas !
  • Je vous recommande ce beau portrait (via Flavorwire) d’Abigail Spencer qui interprète Gena, l’ex-femme de Velcoro mais aussi Amantha, dans la très belle Rectify (SundanceTV) qui vient de reprendre.
  • Le Telegraph s’intéresse aux références de cette saison avec le travail de James Ellroy (auteur de polar noir souvent situés à LA).
  • Time s’offre un entretien avec Rachel McAdams dans lequel l’actrice confie que Pizzolatto lui a donné de la lecture sur les Samouraï (ces livre qu’on aperçoit dans le premier épisode) !
  • Molly Lambert (Grantland) retourne à Vernon (ici décalquée en Vinci, faut-il le rappeler) pour un reportage très intéressant.

Visuels : True Detective / HBO / Anonymous Content / Lee Caplin / Picture Entr. / Passenger

7 réflexions sur “Quatre diamants bleus, True Detective s02e05 (récap.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s